1 Vue

Le Tang Lang Quan ( 螳螂拳 )  ,est un terme générique qui sert à désigner la totalité des styles de «la mante religieuse». Il appartient aux styles d’imitation animalière ( n’oublions pas qu’il ne suffit pas d’imiter l’animal , mais de le devenir ).

Histoire

La quintessence de la légende, recopiée par les nombreux copistes qui ne font pas la différence entre mythe des origines et données historiques :

Le fondateur du style de la mante religieuse serait un certain Wang Lang ( 王朗 ), durant la dynastie Song ( 宋朝 :xe – xiiie siècle) ou bien à la fin de la dynastie Ming ( 明朝 : xive – xviie siècle), dans la province de Shandong ( 山東省 ).. Il viendrait d’une famille aisée et aurait étudié les arts martiaux dans sa jeunesse auprès des moines de Shaolin ( 少林寺 ).

Wang Lang, plus petit et moins fort physiquement que ses homologues se faisant battre à chaque combat. Aussi il décida de trouver un moyen de pallier le manque de force.

Un jour en se promenant, Wong fut témoin d’un combat entre une mante religieuse et une sauterelle. Wang Lang fut fasciné par l’agressivité, la vitesse et la force de la mante religieuse. Lorsque la sauterelle attaquait, la mante se jetait sur le côté, et avec la vitesse et la force de l’éclair elle immobilisait la sauterelle avec ses avant-bras puissants.  Wang Lang emmena la mante chez lui pour l’étudier de près. Il employa un roseau pour poignarder la mante et soigneusement étudia ses mouvements, examinant comment elle réagissait aux diverses situations. Wang Lang imitait alors ces actions et lentement son dispositif évolua.

Wang Lang a longuement compilé ces mouvements dans ce qui est connu actuellement comme formule verbale de douze mots clés, les sept longs, huit courts, huit modèles rigides de main, les douze modèles flexibles de main, les huit points vulnérables et huit d’attaque mortelle. Ceci a mené au développement du modèle du style de la mante religieuse avec ses mouvements caractéristiques forts et rapides.

Lorsque Wang Lang a été satisfait, il a ajouté au nouveau modèle les meilleures techniques tirées des dix-sept autres modèles qu’il avait auparavant étudiés. Plus il pratiquait, plus il se rendait compte que quoique la structure du modèle ait été particulièrement rapide, dépeignant la puissance et la vitesse de la mante, le jeu de pieds était incorrect pour délivrer des coups brefs.

C’est en observant, plus tard des singes qui jouaient ou combattaient, que la solution lui apparu clairement. S’il pouvait fusionner les positions intelligentes du singe avec les mouvements de main de la mante, la vitesse des mains et des pieds serait assurée.

Au-delà de la légende, on peut observer qu’il s’agit d’un style syncrétiste qui mêle les techniques de main de divers styles de la grue et les techniques de déplacements du singe.

La grande variété des styles de mante religieuse, tous issus de la province du Shandong, et qui se sont ensuite répandues vers le Sud de la Chine, montre la complexité à construire sérieusement une «généalogie». Il existe des styles, branches et écoles de mante religieuse du Shandong qui n’ont pas encore été répertoriés.

Styles de tang lang quan :

Ba Bu Tang Lang Quan : « La Mante des Huit Pas » ( 八步螳螂拳 ) ou Ba Ji Tang Lang Quan : « La Mante des Huit Fondamentaux » ( 八極螳螂拳 )..

Ce style fut créé durant les années 1800 par Jiang Hua Long ( 姜化龍 : 1855-1924 ) , un élève de Liang Xue Xiang ( ( 梁学香 ; 1810-1895 ) le fondateur du Mei Hua Tang Lang : 梅花螳螂拳 ) . Avant d’apprendre la Mante Religieuse, il avait étudié le Mei Hua Quan ( 梅花拳 ) et un style de boxe du singe, puis le Tong Bei Quan ( 通臂拳 ) à Yantai avec Wang Zhong Qing et le Ba Gua Zhang ( 八卦掌 ) et le Xing-Yi Quan ( 形意拳 ) avec Chen De Shan. Sa méthode est ainsi inspirée de tous ces styles. Feng Huang Yi, un élève de Jiang, y ajouta des techniques de Qin Na ( 擒拿 : saisies 108 clefs ) du Yin Zhao Quan ( 鷹爪派 : Boxe des serres de l’Aigle )  et des projections du Shuai Jiao ( 摔跤 : lutte Chinoise ). Le cœur du dispositif se compose de six enchaînements, les ba bu zhai yao quan.

Bimen Tang Lang Quan ( 閉門螳螂拳 : La Mante de la Porte Fermée ) ou Mimen Tang Lang Quan ( 秘門螳螂拳 : La Mante de la Porte Secrète ).

Wang Yu Shan, élève de Jiang Hua Long et de Song Ji De, enseigna à Liu Do San, qui eut lui-même pour disciple Zhang De Kui ( 張德奎 : 1947- ). Ce dernier s’installa à Taiwan, où le style qu’il pratiquait prit le nom de Bi Men Tang Lang ou Mi Men Tang Lang. On utilise des positions basses et des frappes du coude. Les transitions sont bien plus complexes que dans les autres styles, donnant la possibilité grâce à des feintes de parvenir en corps-à-corps. C’est en fait une version du Mei Hua Tang Lang.

Chang Quan Tang Lang Quan  ( 长拳螳螂拳 : La Mante de la Boxe Longue ).

Huang Yong Kai, qui étudia le Tang Lang de Liang Zhong Chuan ( fils de Liang Xue Xiang : 梁學香 19e-début 20e ) , eut pour élève Ji Zhong De, qui eut lui-même pour disciple Wang Suting (1884-1964). Ce dernier enseignait le Qing Dao à l’institut Guo Shu. C’était un ami de Luo Guangyu, un maître de Qi Xing Tang Lang ( 七星螳螂拳 ) , et de Huang Hanxun, l’élève de ce dernier. Le style de Tang Lang qu’il enseignait était un mélange de Qi Xing Tang Lang, de Mei Hua Tang Lang ( 梅花螳螂拳 )  et de méthodes de combat à longue distance. À Taiwan , ce style était appelé Qi Xing Tang Lang , et Wang Su Ting l’appelait lui-même Shuai Shou Tang Lang. Ce style qui ne comporte qu’une dizaine de formes c’est modifié récemment par ajout d’autres styles de Tang Lang.

Guang Ban Tang Lang Quan ( 光板螳螂拳 : « La Mante de la Planche Brillante » ),

style duquel dérivent le Chang Quan Tang Lang et le Fan Che Tang Lang .

Fan Che Tang Lang Quan ( 翻车螳螂拳 : « La Mante du Chariot » / métaphore pour définir  des mouvements de rotation des bras en attaque et en défense.

Liu He Tang Lang Quan ( 六合螳螂拳 : « La Mante des Six Combinaisons » ou « des Six Harmonies » ).

Fondée au XIXe siècle par Lin Shi chun (Ding Zi Cheng : 丁子成 1880 -1956), qui avait étudié le Liu He Quan, elle est aujourd’hui pratiquée dans les comtés de Zhaoyuan et Huanxian ( 招远 et ??? province de Shandong : 山東省 ). Elle combine les trois principes du Yin et les trois principes du Yang pour l’évasion ou l’absorption souple d’une attaque et l’attaque dure. Ce style possède 6 enchaînements issus du Tang Lang Quan et 1 enchaînement issu du Liu He Quan.

Mei Hua Tang Lang Quan ( 梅花螳螂拳 :  « La Mante de la Fleur de Prunier » ).

Ce style fut créé par Liang Xue Xiang ( 梁學香 ; 19e-début 20e ), un élève de Zhao Qi Lu, qui étudia lui-même avec Li Bing Xiao ( (李炳霄 ;  est.1731-1813 ). On y utilise énormément les poings (préférés à la main ouverte), frappant en successions rapides de trois ou cinq coups saccadés. La colonne vertébrale est utilisée comme un fouet.

Mi Zong Tang Lang Quan ( 迷蹤螳螂拳 : « La Mante de la Piste Mystérieuse »).

Qi Xing Tang Lang Quan ( 七星螳螂拳 : « La Mante des Sept Etoiles » ), référence à la constellation d’étoiles de « la Grande Ourse » mais également, et en particulier, aux 7 coordinations nécessaires pour pratiquer et comprendre ce style.

Créée par Wang Yong Chun ( Wang Yun Sheng, 1854-1926 ) de Yantai ( 烟台 : province de Shandong). Yun Sheng avait étudié le Chang quan et le Di Tang Quan ( 地趟拳 : littéralement  » boxe au sol  » ), avant de devenir le disciple de Li Zhi Jian, lui-même élève de Shang Xiao. Venant de Lijia (Shandong), Li Zhi Zhan, surnommé « Li aux mains comme l’éclair », avait été un escorteur de convoi particulièrement connu appellé en chinois un  : 镖师 . Yun Sheng modifia le style de Tang Lang qu’il apprit auprès de Li Zhi Zhan en y ajoutant des techniques de combat à longue distance ; il appela sa méthode Qi Xing, s’inspirant du nom de la salle où il enseignait alors (Kui De Tang, Kui faisant référence aux premières étoiles de la Grande Ourse). Il développa une théorie faisant correspondre des parties du corps avec les 7 étoiles de la Grande Ourse. Son disciple le plus célèbre fut Fan Xu Dong, qui eut lui-même pour élève Luo Guang Yu, l’homme qui popularisa le style hors du Shandong en devenant dans les années 1920 l’un des 3 grands maîtres du Jingwu de Shanghai (  精武體育會 ). Il eut pour élève Chiu Chi Man ( 趙志民 😕 – 2002) qui forma plusieurs pratiquants dont : Lee Kam Wing ( 代李榮 ; 1947 – )

Ce style a subi des modifications notables lors de sa diffusion dans le Sud de la Chine : Réduction et simplification des mouvements, l’accent est mis sur la force des coups au détriment de la fluidité, posture plus haute.

Shuai Shou Tang Lang Quan ( 甩手螳螂拳 : « La Mante des Mains qui Projettes  » ).

On y utilise les techniques de saisie et de lutte. Les frappes du poignet sont courantes, et le style préfère briser que frapper (c’est la réponse de la Mante au Qin Na).

Tai Ji Tang Lang Quan ( 太極螳螂拳 : « La Mante du Faît Ultime » ).

Les coups sont délivrés en utilisant l’énergie interne, en frappes pénétrantes. Les parades absorbantes sont préférées aux blocages. Les mouvements sont amples et le rythme alterne mouvements calmes et mouvements rapides.

Tai Ji Mei Hua Tang Lang Quan  ( 太极梅花螳螂拳 : « La Mante de la fleur de prunier et du Faît Ultime » ).

Ce style fut créé par Hao Lian Ru, qui étudia le Mei Hua Tang Lang avec Liang Xue Xiang et Jiang Hua Long. C’est son héritier Hao Heng Lu qui mit en forme la méthode et lui donna son nom.

Wah Lum Tam Tui Tang Lang Quan ( 弹腿螳螂拳 :  « La Mante des Jambes Ressort/Projectile/Printemps  du temple de Wah Lum ».

Les techniques de pied y sont prépondérantes. Les coups de pied y sont bas et rapides, cassants, rarement donnés au-dessus des genoux. En fait c’est une compilation de plusieurs styles de Kung Fu ( 功夫 )..

Yu Huan Tang Lang Quan ( 餘歡螳螂拳 « La Mante de l’Anneau de Jade » ).

Nommé ainsi à cause de son travail de jambe spécifique.

La Mante immaculée ( 完美螳螂拳 ).

les poignets sont gardés courbés et les mains ouvertes pour générer une puissance qui fouette sur les courtes distantes. L’accent y est mis davantage sur les techniques de main que dans les autres styles du nord.

Il existe certains styles « claniques » ou spécifiques :

  1. Hua Lin Tang Lang Tan Tui Men : mante du temple de Hua Lin. ( 華林寺螳螂拳 ).
  2. Han Gong Jia Tang Lang Quan : mante de la famille Han Kun.
  3. Tong Bei Tang Lang Quan : mante des bras joints ( 通背螳螂拳 ).
  4. Shaolin Tang Lang Quan : mante de Shaolin.( 少林螳螂拳 ).
  5. Shen Ji Tang Lang Quan : mante de l’esprit Suprême ( 神極螳螂拳 ).
  6. Zui Tang Lang Quan : mante ivre.( 酒螳螂拳 ).

 

Styles rares moins répandus:

 

Poing du Dragon de la Mante Religieuse (  龍拳螳螂拳 : Fortement influencé par la boxe du même nom ) . Le style est enseigné à Taiwan par des étudiants du maître Gao Dao Shen.

Boxe de la Mante de la Famille Ma ( 黑螳螂拳 : Transmise par Ma Hei Long ( 黑龍 ) dans le nord de la Chine après avoir fui la révolution culturelle ). Son meilleur élève, Ma Qing Long, a été le premier à enseigner le style au public.

Boxe du canard à l’orange de la Mante Religieuse ( 鴨子與橙色螳螂拳 ou 鴛鴦螳螂拳 ) utilisant énormément les jambes au combat s’apparentant aussi au Tong Bei .

NB : Voici le lien de nôtre page Youtube sur une vidéo montrant toutes les formes décrites plus haut . Mei Hua Tang Lang Quan ( 梅花螳螂拳 : « La Mante de la fleur de prunier et du Faît Ultime » ) par maître Sun De ( 孫德 ) et son 1er élève Maître Sun Zhi Bin ( 孫志斌 )  , les 9 enchaînements de nôtre école . N’hésitez pas à vous abonnez à nôtre page !!!.

 

école du lion d’or

L’école du lion d’or, association Pai Liang Qiao, fut fondée en 2014 par Philippe Reus, élève du maître Hu Dong Liang, dernier descendant de l’école du Lotus Blanc.

Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de l'école du lion d'or !