165 Vues

Sun Jianyun (孫劍雲 1914-2003)

Née à Pékin, Sun Jianyun (孫劍雲 1914-2003), fille du grand Maitre Sun Lutang (孫祿堂) , célèbre « boxeur » de style interne ( Neijia) connu sous le nom de « Tête de tigre ou jeune gardien » . Depuis ses 9 ans, Sun Jianyun a suivi son père pour étudier les arts martiaux et a souvent échangé avec différents maîtres d’arts martiaux. Par exemple, en 1930, elle et son frère aîné Sun Cunzhou (孫存周) ont appris l’épée de Wudang  « Jian Sheng » par Maître Li Jinglin*.

Li Jinglin (28 mars 1885-13 novembre 1931)

En 1931, le musée d’art national de la province de Jiangsu ouvert une section d’arts martiaux pour femmes dont Sun Jianyun et Tong Luzhu (童麟珠), un autre disciple de Sun Lutang, ont servi conjointement à donner des cours celles-ci. Trois ans plus tard, Sun Jianyun a été admise à l’Académie des beaux-arts de Beiping (北平 nom ancien qui veux dire  » paix du nord » devenu maintenant Beijing  » Pékin » ), spécialisée dans la peinture traditionnelle comme la peinture de paysage par exemple.

Peinture de Maître Sun Jianyun

Lorsqu’elle obtenu son diplôme en 1937, Sun Jianyun organisa une exposition dans le parc Zhongshan (rebaptisé en l’honneur du Dr Sun Yat-sen en 1944), qui était un peu célèbre dans le monde de l’art local.

le parc Zhongshan

Après que  » l’incident du 7 juillet 1937  » ait éclaté et que le Japon ait officiellement envahi la Chine, Sun Jianyun s’est ensuite rendu dans la province du Sichuan avec son frère d’arme  Hu Jianzhen (胡俭珍 1898-1986) pour participer au travail de propagande anti-japonaise. D’ailleurs il travailla avec Sun Jianyun pour compiler et simplifier le style Sun de Taijiquan, et a été publié à l’échelle nationale par la suite. A cette époque, puisque Hu travaillait dans la vieille banque de chine à Pékin , Sun Jianyun alla demandé du travail comme commis dans la salle des secrétaires. Pendant son temps libre, elle enseigna le style Sun de Taijiquan à ses amis. 

? , Sun Jianyun et Hu Jianzhen

On dit que « le vétéran de la République de Chine » Yu Youren » (于右任 né le11 avril 1879 –  décédé le 10 novembre 1964 ) éducateur, chercheur, calligraphe membre de la Ligue chinoise, l’un des pères fondateurs de la République de Chine) était également son « élève ».

Yu Youren » (11 avril 1879 – 10 novembre 1964 )

Pendant son séjour au Sichuan, Sun Jianyun a également continué à échanger ses compétences de « boxe » avec d’autres frères d’armes qui s’étaient retirés dans la province du Chongqing, et ses compétences sont devenues plus matures. Elle aimait se rappeler des paroles de son père : »Que ce soit dans la prospérité ou l’adversité, mettez toujours tout votre corps et votre esprit dans le développement et la transmission des arts martiaux ».

Une fois la guerre contre le Japon finie , Sun Jianyun déménagea à Shanghai . Elle était en contact avec Chen Weiming (陳曾則 de son vrai nom Chen Zengze 1881-1958,  célèbre boxeur de Taiji qui  fonda le « Zhirou Boxing Club » 致柔拳), Maitre Jiang Rongqiao (姜 容 樵, 1891-1974 ) créateur du style de Ba Gua Zhang portant son nom et d’autres seniors dans les arts martiaux. Dans la même école, elle connaissait mieux son frère d’arme du nom de Zhi Xietang (1894-1972). Par ailleurs le fils et les disciples de Zhi Xietang l’avaient appelé affectueusement  « Tante ».

Chen Weiming (陳曾則 1881-1958)

Après son succès, Sun Jianyun hérita du style de son père elle en fût la gardienne ainsi que son frère. Chaque fois qu’elle rencontrait un escroc dans le monde des arts martiaux, elle n’hésitait pas à se lever et à se confronter avec. Par exemple, à cette époque, certains boxeurs de Shanghai ont promu le « Ling Kong Jin » comme technique ultime se traduisant par  » la puissance magnifique qui pousse les gens dans le ciel »  réellement cela vient du nom chinois Ling Jin Jin qui signifie la force qui peut envoyer des gens à travers le ciel. Le lanceur n’a besoin d’aucun contact physique et ne nécessite pas de supports variés. Tant que l’esprit est concentré, l’adversaire sera contrôlé par une force invisible et incapable de le faire de manière autonome., et Sun Jianyun a immédiatement testé le « Ling Kong Jin » avec sa forme de Xing Yi Quan familiale sous les yeux de son ami pour attesté que cela n’était que de la fumisterie. Cela refléta la personnalité droite et franche de Maître Sun Jianyun.

En 1949, lorsque la République populaire de Chine fût fondée, Sun Jianyun retourna à Pékin et quitta son emploi à la Banque de Chine. Au lieu de cela, elle  travailla comme peintre dans une usine d’art. Selon des informations, la Commission nationale des sports avait envoyé plusieurs représentants pour inviter Sun Cunzhou, son frère,  à tourner des vidéos pédagogiques sur le style Sun de Taijiquan, mais Sun Cunzhou a résolument démissionné pour des raisons personnelles ( pas très ami avec le gouvernement chinois de l’époque, sachant que son père était militaire). Les autorités se sont tournées vers Sun Jianyun pour obtenir de l’aide.

Sun Cunzhou (孫存周; 1893-1963)

En 1957, avec l’aide de Hu Jianzhen, Sun Jianyun  publia une version propre à la Chine du  » style Sun Style de Taijiquan ». Lors de la première compétition nationale d’arts martiaux organisée la même année, elle a été embauchée comme première arbitre honoraire. Depuis lors, elle a été employée comme arbitre,et arbitre en chef adjointe dans diverses compétitions nationales en 1958, 1959, 1960 et 1962.

Bien que Sun Jianyun soit devenue de plus en plus célèbre dans le monde des arts martiaux, elle ne comptait pas sur les arts martiaux pour gagner de l’argent. De plus, en raison de l’environnement national à cette époque, Sun Jianyun vivait dans la pauvreté depuis les années 1960. Elle a vécu dans un petit bungalow de moins de 30 mètres carrés pendant près de dix ans, et a même dû vendre son sang pour les jours les plus difficiles. Ce n’est qu’en 1984 que la Commission nationale des sports attribua un appartement à Sun Jianyun. Sa vie était rude, m’avait-elle dit: « Ma vie était comme un électrocardiogramme , et elle a été tortueuse. Je suis digne de la famille Sun. Bien que j’ai 92 ans cette année, je suis toujours seule, mais je n’ai rien à redire. »

Sun Jianyun dans son nouvel appartement faisant le simple fouet 单鞭 (Dan Bian)

Ses parents et amis tels que Sun Shurong sa nièce (孫叔容 1918-2005) et d’autres lui rendaient régulièrement visite. Grâce à cela sa vie s’améliorera légèrement.

Sun Shurong (孫叔容 1918-2005)

En 1979, l’Association de Wushu de Pékin a repris son activité et Sun Jianyun a été élu vice-présidente, rejoignant officiellement la communauté des arts martiaux.

Sun Jianyun en habit de vice-présidente,

En 1982, l’Association de recherche de Beijing sur le Xing-yi quan fût créée et elle en a été élue première présidente. Après cela, elle créa l’Association du style Sun de Taijiquan de Pékin à l’occasion du 50e anniversaire de la mort de Sun Lutang avec son prestige et son attrait, et en est devenue la présidente permanente. Dans le même temps, ses disciples tels que Liu Shuchun et Huang Wanxiang ont également obtenu de bons résultats dans différentes compétitions d’arts martiaux à travers le pays.

Sun Jianyun en 1982 lors d’une conférence organisé par Hu Jianlei

En 1983, afin d’hériter et de faire progresser le système et les pensées d’arts martiaux de son père, elle reprit les activités du Puyang Boxing Club (蒲阳拳) que son père avait créé et l’a rebaptisé l’organisation l’Association des élève de Puyang.

En 1985, Sun Jianyun et son disciple Liu Shuchun sont allés visiter le Japon, ce qui attira l’attention de tous les horizons ( pensez-vous ! la Chine avait souffert de la guerre contre ce pays). Elle donna des conférences dans sept villes dont Tokyo et Osaka, qui étaient très appréciées par la communauté des arts martiaux japonais. Le livre « Sun Taijiquan » a été traduit en japonais et publié dans le pays. Bien que Sun Jianyun âgée de 73 ans en 1986, elle fût invité à donner beaucoup de conférences au Japon.

Après son retour à la maison, Sun Jianyun fût embauchée comme chercheuse spécialisée dans les arts martiaux, invitée par l’Académie chinoise de Wushu. Elle était la seul artiste martiale non professionnelle de l’époque. Bien qu’elle était déjà extrêmement connue à l’époque, elle alla toujours dans le sud pour rendre visite à ses frères qui étaient encore en vie et leur a demandé de commenter son art , sa forme , sa pédagogie.

Démonstration de Maître Sun Jianyun au Japon.

En 1992, l’Institut d’éducation physique de Pékin organisa un séminaire national sur la poussées des mains « Le tuishou » (推手 litt. « main poussante »), où toutes les écoles de Taijiquan se sont réunies, et Sun Jianyun était naturellement l’un des invités. À cette époque, elle avait près de quatre-vingts ans et elle a même essayé de jouer de ses mains avec différentes personnes pour obtenir une certaine approbation de certains Maîtres qui ne voyaient pas en elle une artiste martiale. Le magazine d’arts martiaux « Arts martiaux chinois » (中華武術) a autrefois hautement évalué les compétences de Sun Jianyun dans des rapports spécifiques au style Sun. Certaines personnes ont même dit que ses compétences en boxe étaient « supérieures aux esprits légers » (輕靈派之上乘), ce qui décrit probablement sa posture douce et sa netteté.

En 1994,  Sun Jianyun se rendit à Hong Kong avec le célèbre artiste martial Wu Bin, le doyen de la Beijing Wushu Academy, pour participer à la Conférence internationale d’observation du Wushu et a interprété le style Sun de Taijiquan et ses 98 mouvements lors de cette conférence.

En 1995, la Commission nationale des sports organisa une sélection nationale appelée  « Wulin Baijie ». Sun Jianyun a non seulement été élu « Wulin Baijie » littéralement les cent héros / homme d’élite /excellent / éminent des arts martiaux , mais également nommé « National Ten Martial Arts Teachers » (dix professeurs d’arts martiaux nationaux). En 1996, à l’invitation de Shanxi Science and Technology Press, à l’âge de 84 ans, elle a prit toutes les photos de formes à mains nues ou avec armes et les réarrangea pour créer  avec l’aide du disciple Bai Pushan, un livre sur le style « Sun de Taijiquan à l’épée , qui est devenu ainsi l’oeuvre de référence classiques du Taiji de la famille Sun.

Au cours des dix années suivantes, Sun Jianyun continua de voyager dans le monde entier, créant la Sun Boxing Research Association à Pékin Shenyang, Dingxing, Zhuozhou, Baoding et Hong Kong (dont je suis diplômé). En outre, le Japon, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Suède ont également créé des succursales à l’étranger, ce qui a permis à la famille de Sun de poursuivre son oeuvre.

Le 2 octobre 2003, Sun Jianyun décéda d’une maladie à l’âge de 89 ans. En plus de Liu Shuchun et Huang Wanxiang mentionnés ci-dessus, les célèbres professeurs Zhang Dahui, Lei Shitai, Tong Xudong, historien des arts martiaux, sont également ses célèbres disciples.

*Li Jinglin ou Li Chin-Lin (chinois 李景林), aussi connu comme Li Fangchen, ( né le 28 mars 1885- mort le 13 novembre 1931) était un fonctionnaire chinois, gouverneur du Hebei et commandant la 2e armée de la Clique du Fengtian durant la période des Seigneurs de la guerre. Après sa carrière militaire, il s’installa à Nanjing, puis en 1927 à Shanghai.

Expert en arts martiaux chinois, Li Jinglin fut très réputé en Chine pour sa maîtrise du combat à l’épée (wudang jian) et du wudang quan.

NB :Voici le lien de nôtre page YouTube ou vous pourrez retrouverez une vidéo de Maître Sin Jian Yun lors de la Réunion Internationale de Performance de Tai Chi de Wuhan en 1984.Vous la retrouverez à 14.47 jusqu’à 17.38.

école du lion d’or

L’école du lion d’or, association Pai Liang Qiao, fut fondée en 2014 par Philippe Reus, élève du maître Hu Dong Liang, dernier descendant de l’école du Lotus Blanc.

Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de l'école du lion d'or !