100 Vues

La Boxe du chien ou Gou Quan

(狗 拳 Boxe imitative)


La boxe du chien Gǒuquán (狗 拳), ou  Dìshùquán (地 术 拳), est un style d’arts martiaux originaires de la province du Fujian en Chine. La légende raconte qu’elle fût créé entre la fin de la dynastie Ming (1368-1644) et la première dynastie Qing (1644-1912).Tout en partageant de nombreuses fonctionnalités similaires à des styles très explosifs comme le Wu Zu Quan ( 五祖拳: Boxe des cinq ancêtres ) ou le Hu Zun Quan (虎尊拳: Boxe du Tigre de Fujian) et bien d’autres de la même région, ce style sudiste de boxe chinoise a la particularité de se spécialiser dans la mise et le combat au sol, le Chin Na (擒拿: art des saisies) tout en profitant souvent de l’utilisation des techniques de frappe en position basse , ses coups de pieds sont légers comme si ils flottaient , adroits et imprévisibles, rapides et féroces, alertes et instinctifs. Le style s’est ensuite amélioré à la perfection grâce à des années d’amélioration au fil du temps et d’entraînement.. Cet art martial enseigne également les méthodes de combat et d’endurcissement comme la chemise de fer (鐵襯衫)  et la paume de fer (铁掌功) ainsi que les techniques de saut typiques de cette école. Sa création est traditionnellement attribuée à une religieuse bouddhiste qui a développé le style pour se défendre des bandits lors de ses voyages.

Paume de fer par Maître Ku Yu Cheung
Photo montrant l’endurcissement du corps grâce à la chemise de fer

Les origines


L’une des légendes sur les origines de la boxe du chien raconte que dans le sud de la Chine, dans la province du Fujian, se trouvait un temple du nom du Lotus Blanc (白蓮), où souvent les religieuses admises vivaient auparavant une vie laïque. À cette époque, les femmes étaient souvent soumises à la pratique de l’enracinement assise en lotus pour méditer. Par conséquent, toute pratique qui nécessitait un effort physique debout était difficile du moins et pratiquement impossible au pire. En réponse à ces contraintes physiques, les religieuses ont développé un système de combat qu’elles pouvaient utiliser pour se défendre contre les bandits et les animaux sauvages. Pendant la destruction des temples par le régime impérial de la dynastie Qing, une religieuse du nom de Si Yue Shen Ni (四月神尼) quitta le Temple du Lotus Blanc et se rendit dans les régions du nord de la province. Elle  tomba malade dans la région de Yongtai près de Fuzhou, c’est là qu’elle fût aidée par la famille Chen qui pris soin d’elle jusqu’à son rétablissement. Comme elle était redevable à la famille Chen, elle resta et enseigna secrètement le style à leur fils Chen Biao (陈 彪) pendant 10 ans, jour et nuit, refusant de le transmettre à sa sœur.,La famille Chen garda cet art secret dans leur famille pendant plusieurs générations.

Plus tard, Chen Biao forma son disciple Chen A-Yin (陈 阿 银) au système de cette boxe. Un jour, Chen A-Yin tua un bandit renommé dans son village pour mettre fin à l’injustice. Il s’enfui à Singapour, où là il vivrait dans la maison de la famille Chen (依 九) de Maitre Chen Yijiu.

Chen Yijiu était lui-même un grand artiste martial et pratiqua de nombreux styles dont le Muay Thai, le Jiu-Jitsu, la La boxe de l’homme ivre, le Dragon et la boxe du singe depuis son enfance.
Pour le remercier, Chen A-Yin d’avoir enseigné à Chen Yijiu tout le système de la boxe du chien devenant ainsi   très célèbre en Asie du Sud-Est, où il est aussi appelé Maître «Tie Jiao Jiu» (9 pieds de fer) ou «Shen Tui Jiu» (9 jambes de dieu) – ( 9 étant prononcé «Jiu» en chinois mandarin même consonance de «Jiu» du nom de Chen Yijiu).
Il a hérité de son surnom les  » 9 jambes de dieu  » en 1929 après avoir combattu un énorme combattant russe appelé Bernepov, en utilisant les techniques du Gou Quan  il lui brisa le tibia droit d’un seul coup. Il fût considéré comme l’unique « jambe de fer « vvivante au monde.

Une autre légende suggère que le célèbre Fong Sai-Yuk (方世玉)  était un maître de Di Shu Quan (地术拳 méthode de boxe au sol, technique au sol)  et transmit ses compétences à des moines dans le temple Zhuyuansi (aujourd’hui connu sous le nom de temple Guanyuan), elle fût transmise à travers différentes générations jusqu’à ce qu’un moine nommé Hui Kai enseigne le style à Zheng Yishan.

Le temple de Guanyuan

Comme la plupart des styles traditionnels, il y a beaucoup de forme dîtes interne et de «Qigong», car le pouvoir vient du Qi ( énergie vitale) passant par le Dantian  (丹田: litt. « champs (rouge) vermillon » ou « champs de cinabre », également traduit par bas-ventre ou hypogastre, aussi appelé hara en japonais ( 丹田)) Lors de l’entraînement, la respiration est lourde et vigoureuse comme si vous frappiez l’adversaire avec l’air sortant de votre bouche.

Les formes de Gou Quan (Taolu) sont divisées en trois ensembles supérieurs, moyens et inférieurs, et le pratiquant doit apprendre à bouger comme le dit le poème ( manière  de l’école de faire apprendre d’une manière imagée et donc seulement compris par les pratiquants de la même fratrie de comprendre et par la suite d’enseigner les formes de leur boxe) :

« Les mains bougent comme le corps des Arhats se déplaçant comme un dragon,
手 是 罗汉 身 如 龙 ,
les jambes bougent comme la queue d’un tigre et marchent comme un chien,
腿 似 虎尾 步 象 犬,
ils se plient comme les pattes de papillon de Damo (Boddhidarma) assis en méditation,
达摩 坐禅 蝴蝶 腿,
le dragon vif se combine avec le tigre pour former le chien,
活 龙 伏虎 桩 似 狗,
les jambes au sol aussi profondes que l’océan, et volent vers le ciel,
飞腾 海底 朝天 脚,
le chien atterrit en roulant comme une roue.  »
狗 法 落地 风 车轮

Voici les noms de quelques Taolu de dette boxe:

San zhan (formation de base) 三 战 拳
San zhan xia pan (formation de base pour le bas du corps) 三 战 下 盤
Sept étoiles 七星 拳
Sept étoiles (pour le bas du corps) 七星 下 盤
Chauves-souris doubles 双 迟 蝙蝠
Chauves-souris doubles (pour le bas du corps) 迟 迟 蝙蝠 下 盤
36 mains 三 十六 手
Poing à pas continu 连 步 拳
Quatre flèches quatre directions  四 门 箭
Dix-huit perles liées 十八 联 珠
Forme de fleur de prunier 梅花 秀

Enfin, bien que le poing du chien ait beaucoup de techniques de mains, il est surtout connu pour sa large gamme de techniques de jambes. Le plus célèbre était le soi-disant « -Roue du vent/éolienne  风 车轮» où le pratiquant est allongé avec les deux mains sur le sol et en tournant rythmiquement et vigoureusement de haut en bas avec les deux jambes.

La boxe du chien outre la forme de la roue du vent possède dix techniques de jambes:

Montez sur 蹬
Coup de pied 踢
Couper 剪
Crochet 勾
Balayage 扫
Rebond 弹
Ressort/elastique  跌
Enchevêtrement 缠
Lier 捆
Tourner 绞

Les techniques de la main sont divisées par les niveaux du corps de l’adversaire (niveau supérieur, moyen et bas du corps) et incluent des techniques telles que:

Niveau supérieur (haut du corps):

Appuyez sur 推
Frapper 冲
Intercepter 截

Niveau intermédiaire (bassin, taille):

Appuyez sur 击
Point 点
Crochet 勾
Appuyez sur 顶
Appuyez sur 压
Enchevêtrement 缠

Niveau bas (jambes et pieds):

Saisissez 抓
Enrouler 绕
Tourner 绞
Sans parler des nombreuses techniques de Qin Na faites sur toutes les parties du corps, y compris au sol.

Différentes prise de Qin Nah

NB : Voici le lien de nôtre page YouTube ou vous pourrez retrouverez une démonstration de Gou Quan du documentaire classique «This is Kung Fu». Vous pouvez repérer de nombreux exemples du mouvement «La roue du vent », le premier étant à 19 secondes.

Posts récents

école du lion d’or

L’école du lion d’or, association Pai Liang Qiao, fut fondée en 2014 par Philippe Reus, élève du maître Hu Dong Liang, dernier descendant de l’école du Lotus Blanc.

Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de l'école du lion d'or !