425 Vues

La culture chinoise (中國文化):

DOUZE faits sur la culture chinoise 

 Une culture vieille comme le monde

La culture chinoise, qui remonte à des milliers d’années, est considérée comme l’une des plus vieilles du monde. 9% des ethnies se trouvent en chine. On compte jusqu’à 56 groupes ethniques reconnus au sein même de cette culture. Le peuple Han est le plus présent et plusieurs autres peuples s’identifient à eux. Ils ont leurs propres coutumes, langage, tenues, culture and bien plus.  Il faut savoir qu’au sein d’un même groupe, il y a probablement divers groupes de personnes. Par exemple, la minorité des Miao parle plusieurs dialectes et vit en accord avec des coutumes différentes. 

Plus d’un milliard de personnes vivent en Chine et dont 900 millions appartiennent au peuple Han.  

Audelà de toutes ses sous-cultures, la plupart des chinois tiennent leurs valeurs du Taoïsme et du Confucianisme 

La culture chinoise est visible principalement à travers la religion, le langage, la nourriture, le style, la morale, la musique, l’art et les coutumes liées au mariage. 

 La famille d’abord !

En chine, on attache une grande importance à la notion de famille et de structure familiale, jusqu’aux ancêtres. On retrouve alors une forte empathie entre chacun et les valeurs sont au centre de leur vie. Cela inclut la relation avec les enfants, le respect des grands-parents, l’implication au sein de la société ou bien même la notion de mariage. Les conditions de vie et de confort n’étant pas les mêmes qu’en Europe. Les grands-parents vivent alors, généralement, avec leurs enfants une fois qu’ils sont mariés et ont eux-mêmes leurs propres enfants. 

Ce lien familial n’écarte pas pour autant la tradition hiérarchique et rigide. Les parents s’attendent à ce que leurs dires soient respectés et écoutés. Aujourd’hui, cette stabilité est quelque peu touchée par la remise en question des traditions trop rigides, ce qui crée des contradictions.  

Aussi, les parents mettent beaucoup de pression sur les épaules de leurs enfants. Il est important pour eux qu’ils réussissent à l’école, trouvent un job bien payé afin de pouvoir subvenir aux besoins des plus vieux de la famille. 

Selon les enseignements de Confucius, pour qu’une nation prospère, les familles doivent prospérer en premier. Ses principes sont respectueusement repris par le peuple chinois, à travers des enseignements et histoires. On y retrouve le respect, la dignité, la persévérance et l’honneur. 

  Un système d’éducation intensif

En Chine, le système éducatif est très intense pour les jeunes étudiants qui doivent endurer de longues journées de travail. Ils commencent généralement vers 6 a.m. et ne vont pas se coucher avant 11 p.m. Ces étudiants n’ont qu’un seul but, réussir leur examen d’entrée à l’université, dont les places sont limitées. Le  gāokǎo高考) est donc très redouté par les jeunes. Ils rentrent en compétition avec près de 9 millions d’autres étudiants et doivent faire leurs preuves en seulement 3 jours. Pour l’anecdote, seul un peu plus de la moitié obtiendra la récompense d’intégrer ces établissements… Sachant que chaque université définira le job qu’ils pourront exercer après l’obtention du diplôme.  

 Un cadeau? Non, merci.

Dans la culture chinoise, on valorise la modestie et l’humilité. C’est le cas notamment quand un chinois reçoit un cadeau ou de la nourriture, il ne l’acceptera pas dès la première fois. Cette attitude revient à dire merci ou complimenter la personne. Dans le cas contraire, accepter aussitôt peut être vu comme une mauvaise manière. Pour faire dans les règles, donc, refusez plusieurs fois ! Si vous offrez quelque chose à un chinois, ne soyez pas offensé de sa réaction et veillez à lui proposer lui plusieurs fois. (Voir plus bas les gestes à faire et ne pas faire). Dans la vie de tous les jours, il est aussi considéré poli de refuser un compliment ou un remerciement. 

Les standards de la beauté, une autre perception

Vous pourriez être étonné d’entendre votre host mom vous proposer de prendre un parapluie en jour de beau temps. Alors que le hâle de l’été ravit la plupart des occidentaux, en Chine la blancheur de la peau est la définition même de la beauté. Alors, le parapluie a une autre fonction, vous protéger du soleil ! Il ne sera pas difficile de trouver un tas de produits blanchissant pour la peau dans les magasins… La femme parfaite en Chine est Bái  mei (白富美) ; soit blanche, riche et belle.  

La cuisine dans tous ses états !

En Chine, la cuisine a son importance et diffère selon les régions. Si les saveurs sont plus subtiles dans le nord de la Chine, dans l’ouest, on trouve beaucoup de plats très épicés. Le centre de la Chine régale vos papilles d’un mélange de plats épicés et sucrés. Vers l’est, on favorise les fruits de mer, les soupes, le riz et les nouilles tandis que dans le sud, vous trouverez une cuisine cantonaise agrémentée de gingembre et de plats au soja. Parmi toutes ses régions retrouvez les « 8 grandes cuisines » de la Chine : Anhui, Cantonaise, Fujian, Hunan, Jiangsu, Shandong, Sichuan, and Zhejiang. Tous dépendent de leur provenance, des ressources et du climat, leur histoire, leur technique pour les cuisiner et des modes de vie.  

Bien que ce que l’on veut vous faire croire dans les restaurant chinois en occident, les fortune cookies ne sont pas un big deal ! Ils ne sont, pour ainsi dire, jamais servis aux clients en Chine. Cependant, les rumeurs sur la nourriture ne sont plus un secret. C’est un vrai délice souvent composé de plusieurs plats ! La nourriture symbolise beaucoup. Sans doute lié à l’importance qu’on lui accorde dans la culture chinoise et le lien qu’elle crée lors des tablées en famille….  

Pour tenter de goûter des plats typiques chinois, il vaut mieux privilégier les petits restaurants, souvent localisés dans les rues plus difficiles à trouver.  Pas de plats épicés pour vous ? Alors retenez cette phrase : ‘bu la’ (不辣 ) !  

  La confrontation n’est pas leur fort

Vous aurez sans doute remarqué que la population chinoise dévoile une certaine aisance pour poser tout un tas de questions. Plusieurs histoires circulent sur leur facilité à demander aux étrangers pourquoi ils sont si gros ou « je pensais que vous étiez grand, en fait vous êtes petit ! »… En dehors ça, dès qu’une conversation en vient à la confrontation, ils ont plutôt tendance à passer leur chemin. Les chinois ne sont pas très à l’aise et préfèrent donner l’impression que tout va bien.  

La Chine, une population superstitieuse

Comme vous auriez pu le deviner, la superstition est très présente dans cette culture. Elle est surtout prise très au sérieux. Du côté des nombres, le 8 est un chiffre porte-bonheur à leurs yeux, tandis que le 4 porte malheur.  Nous pourrions le comparer à notre numéro 13 en occident. Vous ne verrez jamais le chiffre 4 dans un ascenseur par exemple…  

La règle des baguettes, attention comment vous les tenez !  Lorsque vous mangez, évitez de diriger vos baguettes vers le haut. Cela est associé à la mort et des coutumes funéraires. 

Dans la culture chinoise, le Zodiaque détermine quel animal représente un individu en fonction de l’année à laquelle il est né. Il y a 12 animaux et chacun donne des indications sur la destinée de cette personne.  

On compte aussi les 5 éléments qui vont représenter à leur tour, la chance d’une personne. On y trouve le bois, le feu, la terre, l’eau et le métal. 

Enfin, la culture chinoise définit 2 énergies fondamentales : le Yin et le Yang. Elles doivent être équilibrées pour porter chance. Vous retrouverez le Yin et le Yang au sein de beaucoup de coutumes chinoises, notamment en médecine, Feng Shui et le Taoïsme 

 Buvez votre thé, je vous dirai qui vous êtes

Sachez que les chinois peuvent en dire long sur votre appartenance sociale. La manière dont vous buvez votre thé peut traduire votre statut ! C’est aussi très commun d’accueillir des visiteurs en leur offrant une tasse de thé ou alors, en conclusion de meetings professionnels. 

 Les festivals, une grande tradition

Sachez aussi que la culture chinoise inclut une grande variété de festivals comme le nouvel an chinois, le festival des lanternes, le mois de la fête des morts, le festival des bateaux dragons, de la lune (nouvel an) etc…

Rien que le nouvel an chinois est devenu une tradition depuis plus de 4000 ans… Il symbolise la fin de la saison hivernale et marque le début du printemps. Pour le célébrer, rendez-vous sur le 1er jour du mois du calendrier lunaire. Ce calendrier débute entre fin janvier/début février et se termine avec la première pleine lune, 15 jours plus tard. Les plus grands feux d’artifices ont lieu lors de ce festival, ça vaut le coup d’œil ! 

 Les religions

En Chine, le Confucianisme et le Taoïsme a été suivis par le Bouddisme. À eux trois, ils constituent les « 3 enseignements » qui ont dessiné l’histoire de la culture chinoise. Difficile d’en dire plus sur les liens qui relient ces systèmes de religion qui ne sont pas exclusifs. 

Les systèmes de croyances les plus répandus, tels que les religions folk ou populaires, ont évolué et se sont adaptés depuis les dynasties Shang et Zhou. C’est à ce moment-là qu’ont émergé les éléments fondamentaux d’une explication spirituelle de la nature de l’univers. Cela consiste en une allégeance au « shen », une variété de dieux et d’immortels que l’on retrouve dans l’histoire et la mythologie chinoise.  

Des études indiquent qu’environ 80% du peuple Han pratique une sorte de religion folk et le Taoïsme. 10 à 16% d’entre eux seraient Bouddhistes, 3 à 4% seraient catholiques et 1 à 2% seraient musulmans.  

 La médecine chinoise, une tradition elle aussi

La médecine traditionnelle chinoise est pratiquée depuis plus de 2 500 ans à travers la connaissance des herbes médicinales, l’acupuncture, les massages, l’exercice et les diètes. Il s’agit d’une philosophie basée sur le Yinyangisme, plus tard plongé dans le Daoïsme. La maladie est perçue comme une disharmonie ou déséquilibre entre le Yin, le Yang, les méridiens mais aussi entre le corps humain et l’environnement. Les thérapies sont donc basées sur l’identification de cette disharmonie. 

que faire avec les personnes chinoises ?

Les gestes

Les Chinois ne se servent pas de leurs mains pour exprimer des sentiments. La gesticulation implique la colère, la perte de contrôle de soi, or les Chinois ont pour principe de se dominer en toutes circonstances et sont très choqués par notre façon d’élever la voix et de gesticuler pour montrer notre colère ou notre impatience.

Les Chinois ne montrent pas leurs sentiments car ils ne veulent pas imposer leurs opinions. Ce que nous interprétons souvent comme de l’hypocrisie n’est en fait qu’une forme de respect de l’interlocuteur que l’on ne veut pas gêner avec ses propres problèmes.
Pour dire « oui » ou « non » les Chinois hochent la tête comme nous, mais dire « non » est inhabituel pour un Chinois. Il préférera utiliser un moyen détourné : son « oui » peut donc signifier « non » ou « peut-être ».

  • Un doigt pointé vers un interlocuteur ou une tierce personne est un signe d’agression : on ne montre jamais du doigt une personne, seulement un objet ou une direction. Pour désigner quelqu’un, on tendra la main vers lui, paume ouverte.
  • Le petit doigt levé horizontalement signifie : « petit, banal, inférieur ». Quelques différences de signification
  • L’index pointé sur la tempe en tournant signifie en chinois « réfléchis un peu », en français « ça ne va pas la tête ! »
  • Le bras soulevé, la main s’agite de haut en bas : la paume vers le bas signifie pour les Chinois « viens ici », pour les Français (au revoir).
  • Pour se désigner, les Chinois pointent leur nez avec l’index alors que les Français dirigent l’index vers leur poitrine, ce qui choque les Chinois.
  • Dresser l’auriculaire, en chinois, signifie « tu es le dernier des derniers », en français « c’est mon petit doigt qui me l’a dit ».

Le serment d’accord consiste en Chine à se nouer l’auriculaire entre deux personnes et en France à se taper dans la main : le geste de toper.

Les Chinois s’accroupissent souvent pour se reposer en attendant le bus ou en mangeant.

Les Chinois se servent d’une seule main pour compter jusqu’à 10, alors que les Occidentaux ne comptent que jusqu’à 5 à l’aide d’une seule main.

Politesse

Les Chinois n’ouvrent pas leurs cadeaux devant les invités, ils se soucient donc de ne pas montrer leur envie et se contentent d’un « merci » poli. Les Chinois pour être polis arrivent à l’heure à une invitation à un repas, tandis que les Français font exprès de marquer un peu de retard. La politesse chinoise exige que l’hôte raccompagne les invités ou les visiteurs jusqu’à l’extérieur de la maison.

Les Chinois n’utilisent les excuses, les remerciements, le bonjour… que lorsque c’est vraiment nécessaire. Par exemple, « bonjour », « merci », « s.v.p. » … sont d’un emploi très limité on ne ressent pas le besoin d’utiliser ces formules lorsque l’on rentre dans un magasin ou lorsque que l’on ne connaît pas la personne. Au sein de la famille, il n’existe pratiquement pas de formules de politesse, ce que nous trouvons souvent très choquant.

Habillement

Les Chinois sont particulièrement pudiques, d’une pudeur qui n’est pas tout à fait la nôtre : on met son corps â l’abri des regards des autres et des tentations. Les filles découvrent rarement leur gorge, leur poitrine et les épaules mais, par contre, peuvent porter des jupes très courtes.

Plus on est âgé, plus on cache son corps, plus on adopte des couleurs sombres (les teintes de la vieillesse). Par contre, les enfants ont des vêtements très colorés. Les bébés portent des culottes fendues pour plus d’hygiène.

Les teintes préférées des Chinois sont le jaune et surtout le rouge, ce dernier est associé au bonheur et au mariage. Ce sont aussi les couleurs féminines par excellence. Les hommes sont plutôt habillés en bleu, gris ou vert. Le blanc dans la tradition est associé au deuil. Mais, dans les grandes villes, de plus en plus de Chinoises « occidentalisées » se marient en blanc.

L’habillement a d’abord une fonction utilitaire en hiver, la lutte contre le froid prime sur l’élégance. A la belle saison, on redécouvre le plaisir de porter des tenues légères en coton ou en soie.

 

Sentiments

Pour se saluer, les Chinois évitent de se toucher on ne s’embrasse pas en public, même par amitié entre hommes et femmes. On ne se serre pas non plus la main, sauf chez les intellectuels et les étudiants. On se contente simplement d’incliner la tête à distance. Même pour remettre un objet, on évite de le donner de la main à la main. Les étrangers commettent fréquemment des impairs : pas question de faire la bise à une accompagnatrice chinoise pour lui dire au revoir. Si elle n’est pas au fait des habitudes françaises, elle sera terriblement gênée et risquera de le prendre très mal.

Les Chinois sont très réservés et pudiques, donc toute marque d’intérêt d’un homme pour une femme fait figure d’un engagement, de déclaration. En revanche, il est courant de voir deux garçons ou deux filles se tenir par la main sans que cela soit équivoque.

Se laisser facilement aller à montrer ses sentiments, à dévoiler sa nature profonde en public, à révéler ses insuffisances, ses défauts, veut dire que l’on est faible. Pour réussir, il faut être impassible. Certains Occidentaux diront hypocrite, mais celui qui dit directement ce qu’il pense échouera et celui qui se maîtrise bien atteindra son but.
Aux yeux des Occidentaux, les Chinois sont impénétrables, on ne sait jamais ce qu’ils pensent. Et c’est vrai qu’ils offrent un visage lisse, neutre. Là où nous manifestons toute la gamme de nos sentiments dépit, colère, joie, tristesse, les Chinois opposent leur sérénité leur calme à notre agitation.

Les Chinois rient, d’un rire qui nous surprend et nous déconcerte. En effet, si un Chinois se met à rire, aussitôt tous ses voisins se mettent à rire. Un Chinois qui rit n’est pas forcément en train de s’amuser ; il peut rire face à une tragédie, devant la mort, un échec, simplement pour cacher sa tristesse. Ce rire est sa seule défense pour surmonter ses problèmes. Ce qui, pour les étrangers peut passer pour de l’insensibilité, est en fait la force suprême de la sagesse et de la maîtrise de soi pour un Chinois.

L’étranger, surtout lorsqu’il parle mal le chinois ou pas du tout, se croit souvent la cible de l’hilarité générale. Ce n’est pas toujours faux son grand nez, sa barbe, sa chevelure hirsute ou ses vêtements fantaisistes sont assurément risibles au milieu d’une foule de Chinois. Son accent et son usage erratique des tons, lorsqu’il essaye de communiquer, déclenchent volontiers le fou rire. Il ne faut surtout pas s’offusquer mais, au contraire, rire avec eux.

Les Chinois peuvent aussi rire pour ne pas perdre contenance, lorsqu’ils se trouvent dans une situation difficile. La plus grande erreur pour un Occidental serait de faire perdre la face à un Chinois. Dans une situation délicate, il faut toujours savoir lui ménager une issue honorable.

Cadeaux : qu’offrir ?

En Chine on fait très souvent des cadeaux, c’est normal ! Quand on visite quelqu’un on apporte toujours quelque chose, les petits amoureux sont pleins d’attentions…cela fait partie de la culture chinoise. Les Chinois sont très généreux.

Dans nos deux cultures, on cherche à savoir leurs goûts afin de choisir quelque chose qui les rendrait fous de joie à l’idée de recevoir ledit présent. Même si, en France, on a des prédispositions à offrir des fleurs, une bouteille de vin…nous n’avons pas de restrictions en matière de cadeaux. Sauf qu’en Chine c’est vraiment TRES différent.

Déjà la première chose à savoir : la signification a plus de valeur que le cadeau lui-même. C’est à dire que peu importe ce que vous emmenez, ils seront déjà touchés que vous ayez pensé à eux. Ce n’est pas pour autant qu’il faut ramener un cadeau sous payé sous risque de rabaisser votre hôte ainsi que vous-même. Attention : on donne un cadeau avec les deux mains, pareil lorsqu’on le reçoit !

De deux : Ne vous attendez pas à un cri du cœur lors de l’ouverture du présent, le Chinois est très pudique et ne montre pas ses sentiments. Il arrive parfois qu’ils mettent le cadeau de côté et qu’il ne l’ouvre pas en votre présence, cela par pur respect.

De trois : pour eux, laisser le prix ou dire à quel point le cadeau nous a coûté cher n’est pas gênant. Cela montre même l’importance qu’ils ont à vos yeux. Attention à ne pas acheter un cadeau trop cher car ils seront mal à l’aise et se sentiront redevables. En France, on l’enlève à tout prix (haha), on ne le dit surtout pas et on ne cherche pas à le savoir ! En Chine, on ne voit vraiment pas ça comme ça ! Et enfin de quatre : on ne peut pas offrir n’importe quoi. Il y a des cadeaux que l’on peut offrir et des cadeaux qui sont très mal vus et je vais vous les énoncer pour que vous ne fassiez pas de faux pas !

Ce que nous pouvons offrir 

– Du parfum ou des produits de beauté de marque Française : Attention là on se concentre plus sur les femmes et ça peut être piège sur la question du parfum ! De nos jours, de plus en plus de Chinoises fantasment sur les marques de cosmétiques occidentaux (surtout Français, ex : Chanel, Dior). Et ce qui est le plus représentatif de ce nouveau mode de vie c’est le parfum !  Mais pas toutes les Chinoises portent du parfum. Donc pour certaines, ce cadeau ne sera pas à leur goût et n’hésitera pas à le donner à quelqu’un qui en aurait l’utilité. Ce qu’il ne faut pas mal prendre car cela se fait souvent en Chine. Après pour ce qui est des crèmes, les Chinoises aiment prendre soin de leur peau donc cela serait une bonne alternative au parfum si vous avez peur d’être « rejeté ». Pour ce qui est des hommes Chinois, ils ne portent généralement pas de parfums donc ce n’est pas « LE » cadeau à leur faire.

– Une bonne bouteille d’alcool : Là on est bien évidemment sur un cadeau pour les hommes. S’il a une femme, la femme l’accompagnera mais on n’offre pas la bouteille à une femme. Un bon vin français, un bon Whisky ou un bon Cognac et vous serez sûrs d’avoir fait le bon choix ! L’homme Chinois aime boire !

– Une corbeille de fruits : ça peut paraitre un peu idiot dit comme ça mais les Chinois aiment prendre soin de leur santé et pour cela quoi de mieux que des fruits !  Attention : On n’offre pas de poire car la poire se dit «  lí » et se prononce comme «  lí » qui signifie « séparation, se séparer ».

– Du chocolat : Si on a l’occasion d’avoir un bon chocolatier belge ou suisse près de chez soi, cela pourra également faire l’affaire 😉 (Plutôt pour des enfants ou des jeunes adultes, jamais à des personnes âgés)

– Du Ginseng de bonne qualité : Comme j’ai dit plus haut, les Chinois aiment prendre soin de leur santé et quoi de mieux que le Ginseng ! Ceci est plus un cadeau pour les personnes âgées pour leur montrer que leur santé est importante pour nous et qu’on les incite à en prendre soin pour qu’ils restent le plus longtemps possible avec nous.

– Un « Made in France » : Oui on sait que c’est dur à trouver de nos jours mais pour les Chinois rien ne vaut quelque chose qui vient du pays, fabriqué par le pays même si on doit y mettre le prix et surtout qu’à leur yeux France = Qualité !

Ce qu’on ne doit pas offrir :

– Une horloge : Il ne faut pas offrir une horloge ou une pendule, surtout aux personnes âgés, car offrir une horloge se dit « 送种 sòng zhǒng » mais à la même prononciation que « 送终 sòng zhōng » qui veut dire « la fin ». Donc cela ramène au temps qui passe et donc à la mort de la personne à qui vous l’offrez, ça sonnera comme un « Tu vas bientôt partir » ou « Je veux que tu meurs »…Certains disent les montres également mais je pense qu’une belle montre est différent puis il faudra, selon si c’est vos beaux-parents, en offrir deux pour que les deux profitent du cadeau. Pour les Chinois le bonheur se partage et cela signifiera qu’ils partageront ce temps ensemble. Mais on n’offre pas d’horloges, ni de pendule même si ce sont de grands amateurs d’horlogerie et que cela leur plairait…non !

– Les fleurs : Ce qui est un grand classique en France ne convient pas en Chine car on apporte des fleurs le jour des funérailles…

(Nota Bene : Il est possible d’offrir des fleurs mais il faut faire attention à la couleur de celle-ci : rouge, jaune et rose, vous serez bon car sont considérés comme les couleurs du bonheur et de la richesse pour jaune (or) mais pas blanc signifiant la pauvreté et bien évidemment pas noire car signifiant la mort)

– Des couteaux : Oubliez les bons vieux Laguiole qui sont synonymes de conflits et de disputes chez nos amis Chinois !– Un parapluie :  Le parapluie se dit «  săn » et à la même prononciation que «  săn » qui veut dire “se séparer”. Les Chinois ne prêtent jamais leur parapluie sauf en cas de grandes tempêtes et vous demanderons à un moment ou à un autre de le leur ramener pour ne pas « briser le lien » qu’il soit amical ou amoureux.

– Des chaussures : non car c’est inciter l’autre à se faire la malle !  De plus, si la taille ne convient pas (surtout si les chaussures sont petites) cela peut reporter à l’expression Chinoise : « Je vais te faire porter des petites chaussures » qui se traduit en Français par « Je vais te mettre des bâtons dans les roues ».

– Un livre : On n’offre pas de livre à quelqu’un qui est en plein examen car le livre se dit «  shu » et à la même prononciation que «  shu » qui veut dire « la défaite, perdre ».

– Un chapeau vert :  « Porter un chapeau vert » chez les Chinois est l’équivalent de « porter les cornes » en Français. Et c’est une vraie insulte pour un Chinois qu’on lui dise qu’il est « cocu » car c’est lui faire perdre la face. Donc ne pas offrir tout ce que qui sort de la catégorie chapeau…vert !

– Médicaments et compléments alimentaires :  En tout cas, il est mal vu d’offrir des médicaments à quelqu’un qui n’est pas malade car en gros ça voudra dire « Tu vas crever tomber malade bientôt » ou « Je supporte pas ta gueule et je souhaite que tu tombes malade ». Et il faut encore moins l’offrir à quelqu’un que l’on connait vaguement bien sûr. On pourra cependant offrir des compléments alimentaires de qualité comme la propolis à des personnes âgées.

– Du savon : Sauf si vous venez de Marseille car ce sera culturel et les Chinois adorent la culture provenant d’un endroit, en plus ils connaissent le Savon de Marseille. Sinon la question serait : pourquoi vous m’offrez ça ?!

– Offrir vos cadeaux dans des boites noires et blanches : Pour nous ça peut sembler classe mais pour eux ce sont des couleurs utilisées lors des deuils. Il est donc préférable d’utiliser des emballages colorés et même rouge qui pour eux est un signe de bonheur.

*- Mouchoirs en tissu : Si vous connaissez bien l’Asie vous saurez que les Asiatiques portent toujours 2 types de mouchoirs sur eux : les mouchoirs en papiers pour se moucher etc… et un autre en tissus qui est souvent brodé avec les initiales pour la chaleur, les larmes etc… Bref vous avez compris que les utilités étaient différentes. Bref on n’offre pas de mouchoirs en tissu car généralement on offre (donne) un mouchoir pour essuyer les larmes de quelqu’un lors d’un enterrement donc très mauvaise idée !

*- Miroir : Même si le miroir est magnifique et vous a coûté une fortune, on offre pas de miroir. Tout simplement car ça emmène les mauvais esprits. Vous souvenez vous de l’histoire de « Bloody Mary » et d’autres esprits revenant à travers les miroirs ? Voilà la raison.

*- Un stylo rouge : Pourquoi offrir un Bic Rouge allez savoir mais en tout cas il ne faut pas ! A l’époque l’encre rouge était utilisée pour noter le nom d’un criminel qui allait être condamner à mort. Seul l’Empereur avait le droit de l’utiliser.

 

 

 

 

 

école du lion d’or

L’école du lion d’or, association Pai Liang Qiao, fut fondée en 2014 par Philippe Reus, élève du maître Hu Dong Liang, dernier descendant de l’école du Lotus Blanc.

Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de l'école du lion d'or !