Photo de la révolte des boxers
347 Vues

Découvrez l’histoire de la révolte des Boxers, en plusieurs parties.

La révolte des Boxers (chinois simplifié : 义和团起义 ; chinois traditionnel : 義和團起義 ; pinyin : Yìhétuán Qiyi ; littéralement : « mouvement de l’union de la justice et de la concorde »), fomentée par les Poings de la justice et de la concorde, société secrète dont le symbole était un poing fermé (d’où le surnom de Boxers donné à ses membres en Occident), se déroula en Chine, entre 1899 et 1901.

Ce mouvement, initialement opposé à la fois aux réformes, aux colons étrangers et au pouvoir féodal de la dynastie mandchoue des Qing, fut utilisé par l’impératrice douairière Cixi contre les seuls colons, conduisant à partir du 20 juin 1900 au siège des légations étrangères présentes à Pékin, épisode des « 55 jours de Pékin » qui s’acheva par la victoire des huit nations alliées contre la Chine (Autriche-Hongrie, France, Allemagne, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni et États-Unis).

Partie 1 : La secte martiale des Poings de la justice et de la concorde

Fortement inspirée par les arts martiaux chinois, puisque ses adeptes pratiquaient tous à la boxe chinoise (kung fu), l’histoire de cette secte est fortement attachée au destin récent de la Chine puisqu’elle est indirectement responsable de la chute du dernier empereur Pu Yi et de sa dynastie, les Qing.

« une société secrète chinoise »

Les Poings de la justice et de la concorde (également traduit par Poings d’harmonie et de justice, Lutteurs pour la justice et la concorde ou Milice de la justice et de la concorde) étaient une société secrète chinoise, connue pour avoir déclenché l’épisode dit de la révolte des Boxers en 1899-1901. Devenue un mouvement de masse comptant entre cinquante et cent mille membres, la société mena des actions xénophobes, d’abord hostiles à la dynastie mandchoue des Qing, puis anti-occidentales, anti-japonaises et anti-chrétiennes. Le mouvement fut progressivement utilisé et canalisé par l’Empire de Chine pour lutter contre l’influence des puissances étrangères. La société secrète est surtout connue en Occident sous le nom de Boxers (en français, Boxeurs), car ses membres étaient de fervent pratiquant des arts martiaux.

« invincibles aux balles »

Les membres pratiquaient des rituels qui les rendaient, pensaient-ils, invincibles aux balles. La pratique intensive d’arts martiaux, la forte connotation spirituelle, historiquement rattachée à la pratique martiale, associés à une puissante ferveur nationaliste expliquent cet état d’absolue certitude. La société des Boxers recrutait parmi les errants des campagnes, la plèbe urbaine, et les notables touchés par la pauvreté. Une grande partie des Boxers, initialement hostiles à la dynastie Qing, la dynastie des Mandchous, s’y rallient ensuite, et soutiennent l’impératrice douairière Cixi, elle-même hostile aux étrangers.

« rébellion des huit trigrammes »

Le mouvement des Boxers, qui s’inscrit aussi dans la tradition des sociétés secrètes en Chine, apparaît dans le Shandong au début des années 1890 et semble sortir tout droit du passé de la Chine. Il descend sans doute de la rébellion des Huit Trigrammes (pinyin : Bāguà) de 1813, menée par la secte du même nom, causée par le mécontentement de la masse paysanne touchée par la crise économique survenue après l’augmentation de la population.

Entre 1786 et 1788 eut lieu, dans la province chinoise de Shandong, une rébellion dirigée par la secte des Huit Trigrammes. Ces hommes se sont révélés à travers leurs techniques de combat se référant à la théorie du Bagua. L’appellation des Huit Trigrammes renvoie à l’école martiale chinoise qui privilégie les mouvements circulaires et l’utilisation de la paume de la main. Cette secte religieuse fut stoppée dans son mouvement à la fin de l’année 1788 …

La suite le mois prochain dans la seconde partie.

école du lion d’or

L’école du lion d’or, association Pai Liang Qiao, fut fondée en 2014 par Philippe Reus, élève du maître Hu Dong Liang, dernier descendant de l’école du Lotus Blanc.

Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de l'école du lion d'or !