Il est bon de noter qu’il n’existe pas de portrait de Wong Fei-hung et que la photo qui circule (comme ici) sur internet est celle de l’un de ses fils qui lui ressemblait le plus. En effet, la maison où il habitait ayant été brûlé par un gang rival de Foshan, les photos le furent également. Un éditeur pris une photo avec l’accord de la femme de Wong Feihong de l’un de ses fils en ayant le devoir de bien dire la ressemblance et non que c’était celle de son mari. L’éditeur (M. Leung) a, semble-t-il, omis cette anecdote.

Wong Fei-hung (黃飛鴻) né Wong Sek-cheung surnommé Tat-wun est né le Sa renommée récente est due au fait qu’il est devenu le protagoniste de nombreux films et séries télévisées d’arts martiaux. Même s’il était considéré comme un expert dans le style du Hung Gar, sa véritable renommée publique était en tant que médecin, qui pratiquait et enseignait l’acupuncture , le Dit Da et d’autres formes de médecine traditionnelle chinoise.dans la désormais célèbre école Po Chi Lam (寶芝林), une clinique médicale à Canton (Guangzhou), province de Kwangtung (Guangdong). Un musée dédié à ce célèbre héro a été construit en sa ville natale à Fatshan (Foshan), Kwangtung.

Enseigne de Po Chi Lam

Nom alternatif 

Le prénom original de Wong était Sek-cheung ou Xixiang (锡祥) avant d’être changé en Fei-hung. Son nom de courtoisie était Dat-wan ou Dayun (錫祥) que l’on pourrait traduire par « atteindre les nuages ».

Un nom de courtoisie est un nom traditionnellement donné aux hommes chinois à l’âge de 20, marquant leur passage à l’âge adulte.

La vie 

Wong est né dans le hameau de Luzhou, village de Lingxi, qui fait aujourd’hui partie de la ville de Foshan , province du Guangdong , sous le règne de l’ empereur Daoguang sous la dynastie Qing .

À l’âge de cinq ans, Wong a commencé à apprendre le Hung Gar (洪家拳) auprès de son père, Wong Kei-ying . Il accompagnait souvent son père lors de voyages de Foshan à Guangzhou, la capitale de la province du Guangdong, où son père colportait des médicaments et pratiquait les arts martiaux dans les rues. Quand il avait 13 ans, il rencontra Lam Fuk-sing (林福成), un apprenti surnommé  « Les trois ponts de fer », dans une rue de Foshan. Lam lui a appris à utiliser la fronde et les mouvements essentiels de lsa pratique martiale appelée Tiě xiàn quán (鐵線拳), « Poing en fil de fer« . Wong Fei-hung apprend auprès du maître de son père, son oncle Luk Ah Choi, avant que son père prenne la relève de l’enseignement. Plus tard, il a appris le « Coup de pied sans ombre » de Sung Fai-tong (宋輝鏜) lors d’un combat.  Wong Fei Hung était très aimable comme son père et s’est fait de nombreux amis dans le monde martial et médical, surtout les fameux  » dix tigres de Guandong », etc. Grâce à ces amitiés et à ces rencontres fortuites, il a pu être exposé à de vastes quantités de connaissances qui ont été ouvertement partagées avec lui. Pour cette raison, il a pu améliorer les enseignements de son père pour formuler un style qui comprenait une grande partie de ce que l’on voit aujourd’hui dans les styles chinois du sud.

*Le coup de pied sans ombre (無影腳 ), également connu sous le nom de coup de pied sans ombre ou coup de pied fantôme est une technique de coups de pied d’arts martiaux du répertoire Hung Gar. Il a été rendu célèbre par Wong Fei-hung , qui est réputé pour l’avoir utilisé à bon escient.

En 1863, Wong a ouvert une école d’arts martiaux à Shuijiao (水腳) à Saikwan, dans la ville de Guangzhou . Ses étudiants étaient principalement des ouvriers du métal et des vendeurs de rue. En 1886, Wong a ouvert la clinique médicale de sa famille, Po Chi Lam (寶芝林), à Ren’an, qui fait aujourd’hui partie de la route Xiaobei. Dans la légende, vers les années 1860 ou 1870, Wong a été recruté par Liu Yongfu* (劉永福), le commandant de l’ armée du pavillon noir, pour être médecin et instructeur d’arts martiaux pour les soldats réguliers et la milice locale à Guangzhou. Il a également suivi l’armée du pavillon noir pour combattre l’ armée impériale japonaise lors de l’ invasion japonaise de Taiwan ancienne Formose en 1895.

Il devient très vite connu et respecté pour sa forte personnalité, son honnêteté et ses valeurs morales. Sa célébrité l’amènera à devenir l’instructeur de l’armée de Canton ainsi que le dirigeant de la milice civile. Il aurait acquis son renom de héros après avoir combattu et vaincu à lui seul un gang de trente-six hommes de la secte du lotus blanc. Sans compter ses compétences en kung-fu et en médecine, il était également célèbre pour l’excellence de sa danse du lion et on faisait référence à lui comme le « Roi des lions » où il représenta l’école de son père au grand tournoi de Pékin.

*Liu Yongfu (劉永福) né le  à Qinzhou dans le Guangdong  et mort en janvier 1917, était un soldat de fortune chinois, commandant de l’armée des Pavillons noirs, d’anciens rebelles Taiping commandés par Liu Yongfu (1837-1917, Lưu Vĩnh Phúc ou Lưu Vĩnh Phước en vietnamien). Ils furent expulsés de Chine en 1864 vers le Tonkin, après l’écrasement de leur révolte (1850-1864). Les Annamites les utilisent contre les tribus des montagnes, entre le fleuve Rouge et la rivière Noire. À ce titre, Liu Yongfu obtient un rang officiel à la cour. Les Pavillons noirs harcèlent ensuite les Français sur le fleuve Rouge. Un corps expéditionnaire commandé par Henri Rivière est envoyé en 1881 : c’est la guerre franco-chinoise (1881-1885). Les Pavillons noirs combattent alors avec les troupes impériales chinoises contre les Français (les impériaux toléraient ces anciens rebelles à la condition qu’ils restent en dehors de la Chine).Ils participent notamment au siège des troupes françaises (principalement la Légion étrangère) à Tuyen-Quang en 1885 au Tonkin.

À la fin de la guerre, en , Liu Yongfu rentre en Chine et les Pavillons noirs sont formellement dissous. La plupart se transforment alors en bandits, continuant à harceler les Français pendant plusieurs années. Une de leurs troupes pille notamment Luang Prabang en 1887. En 1895, il sera le dernier chef de gouvernement de Formose avant l’occupation japonaise.

En 1912, la République de Chine est créée suite à l’effondrement de la dynastie Qing . Au cours des premières années chaotiques de l’ère républicaine, de nombreux hommes d’affaires qui exploitaient des lieux de divertissement à Guangzhou ont décidé d’embaucher des gardes (ou des videurs ) pour protéger leurs entreprises sur place en cas de problème. Comme Wong a été formé aux arts martiaux, il a été embauché par diverses entreprises pour être l’un de ces gardes.

En 1919, lorsque la Chin Woo Athletic Association ouvrit une succursale à Canton, Wong fut invité à se produire lors de la cérémonie d’ouverture. La même année, Wong Hon-sam, l’un des fils de Wong, qui travaillait comme garde du corps à Wuchow , a été assassiné par un rival connu sous le nom de « L’œil du diable » Leung (鬼眼梁), qui était apparemment jaloux que Wong Hon-sam soit meilleur que lui en arts martiaux. Wong a été tellement affecté par cet incident qu’il a cessé d’enseigner les arts martiaux à ses neuf autres fils.

Entre août et octobre 1924, la clinique médicale de Wong, Po Chi Lam, a été détruite lorsque le gouvernement nationaliste réprimait le soulèvement par le Corps des marchands volontaires de Guangzhou. Wong s’est senti tellement abattu et attristé par la perte de Po Chi Lam qu’il est tombé dans la dépression et est tombé malade. Il mourut de maladie le 17 avril 1925 à l’hôpital Chengxi Fangbian (城西方便醫院),  qui est l’emplacement actuel de l’hôpital du premier peuple de Guangzhou (廣州市第一人民醫院) sur Panfu Road dans le district de Yuexiu à Guangzhou .  Il a été enterré au pied de la montagne Baiyun (白云山) . L’emplacement de la tombe de Wong est actuellement inconnu. On pense également que sa tombe, ainsi que d’autres dans le cimetière, ont longtemps été supprimées pour de futurs développements.

VIE DE FAMILLE

Il s’est marié quatre fois et a eu neuf enfants, ses trois premières femmes sont mortes jeunes nous n’avons pas beaucoup d’informations sur elles. La quatrième épouse de Wong, était Mok Kwai-lan avec ses fils, ainsi que ses élèves Lam Sai-wing (林世榮: 1861-1943) et Dang Sai-king (鄧世瓊1877 ou 1879–1955), ont déménagé à Hong Kong et y ont ouvert des écoles d’arts martiaux.

Mok Kwai-lan (莫桂蘭 15 octobre 1892 – 3 novembre 1982)

 

Lam Sai-wing, né en 1860 et décédé en 1943, est le plus célèbre des élèves de Wong Fei-hung, un maître de hung-gar un style de kung fu.

 

Deng Fang (1879-1955), un artiste martial chinois, est né dans le comté de Sanshui, connu sous le nom de « Vieux Tigre de Xiguan ».

Techniques d’entraînement

Les techniques et les méthodes d’entraînement du style hung-gar n’ont que très peu évolué au cours des siècles. Ce style repose sur l’étude de cinq animaux : le tigre, la grue, le léopard, le dragon et le serpent. Chaque animal a ses propres caractéristiques en fonction de ses qualités et de son importance. Le tigre correspond à la puissance, à la force et au courage ; la grue à l’agilité et à la vigilance ; le léopard à la vitesse ; le dragon au contrôle et à la qualité spirituelle ; le serpent à la puissance et à la force intérieure. Après vingt années de pratique, il développe un enchaînement, appelé les « dix formes de poing », ainsi que  » Le poing à motif double » et enfin le sup juet sao, connu sous le nom de « dix mains meurtrières ou dix poings spéciaux », une technique qui combine 10 positions de combat individuel : dragon, tigre, grue, serpent, léopard, bois, métal, terre, feu et eau. Le sup juet sao est issu du fu hok sok ying kuen (Boxe de la grue et du tigre). C’est une série de dix principes que Wong Fei-hung pense être les méthodes destructrices les plus efficaces du hung-gar. Son efficacité a permis à Wong de devenir un véritable héros en Chine en ne perdant jamais un combat de toute sa vie. Ces grands principes sont : attaquer les yeux, couper la respiration, casser le visage, exploser les oreilles, briser les reins, tordre les tendons, casser les doigts, disloquer les articulations, casser les coudes et troubler le système nerveux. Cette technique étant trop dangereuse, elle n’était enseignée qu’à un nombre restreint de disciples.Wong Fei-hung semble avoir également été doué pour le maniement des armes, sa spécialité étant le bâton long de bois, avec lequel il a vaincu le gang d’une trentaine de combattants, et le trident

Soldats maniant la fourche du tigre et le bouclier en rotin.

Films sur Wong Fei-hung

Wong Fei-hung est considéré comme le Robin des Bois chinois, est devenu un héros légendaire et de nombreux films hong-kongais sont basés sur son histoire. Au total, plus de cent films traitent de l’histoire de Wong Fei-hung mais seuls huit acteurs ont joué ce rôle.

Kwan Tak-hing est le premier à incarner ce héros au cinéma en 1949. Il joua ce rôle dans une série pendant vingt et un ans, créant la plus longue série de l’histoire du cinéma avec plus de quatre-vingt-cinq films. Il continua à jouer ce rôle dans quelques films pendant encore onze ans.

Jackie Chan l’a interprété dans Le Maître chinois (1978) et sa suite Combats de maître (1994). Plus récemment, dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours (2004), son personnage de Passepartout est secrètement le frère de Wong Fei-hung, ce dernier étant joué par son ami Sammo Hung.

Jet Li l’incarna dans les épisodes 1, 2, 3 et 6 des films Il était une fois en Chine. Dans le 4 et le 5, il est remplacé par Chiu Man Cheuk. Il l’aura également interprété dans Last Hero in China.

Donnie Yen dans Hero among Heroes. Il avait également joué le père de Wong Fei-hung dans Iron Monkey : La légende démasquée, de Yuen Woo Ping. Le jeune Huang était joué par Sze-Man Tsang.

Gordon Liu dans le combat des maîtres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.

60 Comments In This Topic

  1. Ping : metformin lupus
  2. Ping : 911
  3. Ping : link
  4. Ping : list
  5. Ping : a
  6. Ping : spiraldynamics
  7. Ping : Spiral Dynamics
  8. Ping : vxi.su
  9. Ping : site

Posts récents

école du lion d’or

L’école du lion d’or, association Pai Liang Qiao, fut fondée en 2014 par Philippe Reus, élève du maître Hu Dong Liang, dernier descendant de l’école du Lotus Blanc.

Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de l'école du lion d'or !