90 Vues

Po est un jeune panda serveur de restaurant où il travaille sous les ordres de M. Ping, son père adoptif. Il est aussi un fan des arts martiaux et idolâtre les Cinq Cyclones, cinq combattants de kung fu qui protègent la vallée de la Paix, où il vit. Son rêve est de devenir un combattant aussi incroyable qu’eux, en dépit de sa carrure : il est faible, obèse et maladroit.

Le Grand Maître Oogway, qui dirige Tigresse, Grue, Singe, Mante et Vipere, les 5 Cyclones avec son ami, Maître Shifu, a une vision où Tai Lung, le fils adoptif de Shifu et ancien élève, se libère de la prison où il est gardé enfermé. On l’y a autrefois bouclé car il avait, en tant qu’élève le plus talentueux du kung fu, désiré devenir le Guerrier Dragon, titre d’honneur ultime qui désigne son porteur comme le plus grand maître de kung fu qui soit et comme le protecteur de la vallée. Shifu, son maître, ne souhaitait pas mieux, mais Oogway s’y était opposé, pressentant la noirceur et l’orgueil du cœur de Tai Lung. Furieux, il avait ravagé la vallée avant d’être neutralisé par Oogway et emprisonné sous bonne garde.

Aujourd’hui, selon la vision d’Oogway, il revenait pour prendre sa revanche après s’être vu refuser l’octroi du titre de Guerrier Dragon. Inquiet, Shifu envoie un messager pour s’assurer que Tai Lung est toujours sous bonne garde, ignorant que c’est l’envoi de ce messager qui va déclencher une chaîne d’événements qui finira par provoquer l’évasion de Tai Lung.

Dans la vallée, Oogway a réuni les Cinq afin de désigner celui ou celle qui sera en mesure de devenir le Guerrier Dragon, afin que l’élu puisse affronter Tai Lung et protéger la vallée, en cas de menace ; l’évènement provoque de grandes festivités populaires. M. Ping décide d’en profiter et envoie Po vendre des nouilles avec une roulotte mobile. Mais Po, gros et lent, arrive en retard et trouve closes les portes du Palais de Jade, résidence des grandes maîtres du kung fu, et où se déroule le tournoi pour la nomination du Guerrier Dragon. Po, déterminé à entrer, décide de trouver un moyen détourné. Tout ce qu’il essaye échoue, jusqu’à ce qu’il tente de se propulser dans le ciel avec une caisse de fusées, pour atterrir du bon côté des murs. Il s’envole, mais son « véhicule » (une chaise arrimée à de nombreuses fusées) explose, et Po fait une chute spectaculaire au moment où Oogway tend le doigt vers le futur Guerrier Dragon. À la grande surprise de tous, Po s’écrase au milieu de la scène, parmi ses idoles, et devant le doigt tendu d’Oogway ; ce dernier le désigne alors, contre toute attente, comme le Guerrier Dragon, au grand dam de Shifu et de Tigresse, qui pensait avoir mérité le titre.

Pensant que Oogway s’est trompé, Shifu décide d’humilier Po pour le forcer à partir de lui-même en lui faisant sentir toute son incompétence à suivre un entraînement basique. Les Cyclones ne sont guère plus tendres avec Po, constatant son incapacité totale à se battre. Po reçoit les encouragements d’Oogway, ce qui le pousse à continuer et à s’attirer les bonnes grâces des Cinq au fil du temps. Pendant ce temps, Tai Lung réussit une évasion spectaculaire de sa prison, grâce à une plume dont il se sert pour déverrouiller ses entraves, avant d’écraser les gardes et de pulvériser l’entrée grâce à des explosifs de défense. Shifu, affolé par cette évasion, court prévenir Oogway, et est désorienté quand son vieux maître lui fait promettre de toujours croire en Po, ce que Shifu accepte, avant que Oogway ne meure et disparaisse dans un nuage de pétales.

Malgré ses efforts, Po est conscient qu’il n’a aucune chance contre Tai Lung. Shifu découvre cependant les techniques et les capacités secrètes et hors-normes de Po quand il s’agit de voler la nourriture de la cuisine en toute discrétion. Shifu comprend que Po a un énorme potentiel, si on sait l’exploiter, et entraîne Po en utilisant sa gourmandise et son goût du vol, lui permettant de développer rapidement son propre style.

Les Cinq Cyclones ont quant à eux décidé de s’attaquer à Tai Lung avant qu’il n’arrive dans la vallée. Après une bataille sur un ancien pont, les Cinq envoie Tai Lung maîtrisé et ligoté s’éclater contre une falaise. Ils pensent l’avoir emporté, mais Tai Lung surgit soudain, ayant sans peine réussi à s’échapper, et paralyse les Cinq. Shifu décide alors, s’étant rendu compte de la force de Tai Lung, de donner à Po le rouleau du Dragon. Ce dernier le déroule, mais à sa grande surprise, le rouleau est vierge. Shifu pense avoir été dupé et ordonne l’évacuation de la vallée. Po retrouve le restaurant de son père pour l’aider à faire ses valises, pendant que Shifu tente d’arrêter Tai Lung. M. Ping confie alors à Po qu’il n’y a pas besoin d’ingrédient inconnu pour faire une soupe divine, mais que c’est le travail et le talent qui font la différence si on y met toute sa foi. Po comprend le véritable message du rouleau vierge et retourne affronter Tai Lung avant qu’il ne tue Shifu.

Po excite Tai Lung en agitant le rouleau du Dragon et s’avère être un combattant redoutable pour Tai Lung, qui n’arrive pas à lire les mouvements imprévisibles du panda, au style maladroit et peu académique. S’ensuit une bataille finale à travers la vallée, à l’issue de laquelle Tai Lung arrive tout de même à prendre le rouleau, mais il ne comprend pas le message du parchemin vierge. Po profite de la confusion de Tai Lung pour le battre à l’aide d’une technique rare de combat, la Prise du Doigt Wushi, qu’il avait découvert lui-même ; ce faisant, il envoie Tai Lung dans l’autre monde pour de bon. Po reçoit ainsi les félicitations et le respect des Cyclones qui l’acceptent comme l’un des leurs.

Personnages

Po Ping

Po est un panda qui vit avec son père, M. Ping, une oie qui possède un restaurant de nouilles. Il y travaille en tant que serveur. Seulement, Po est très maladroit et rêve de devenir maître de kung-fu et de se battre aux côtés de ses idoles, les «Cinq cyclones», formé de Tigresse, Grue, Mante, Vipère, et Singe, élèves de maître Shifu. Son rêve va devenir réalité car maître Oogway le choisit pour devenir le « guerrier dragon ». Mais maître Shifu refuse de croire que Po est digne d’être le guerrier dragon, étant donné qu’il ne maîtrise pas le kung-fu. Il décide de tout tenter pour se débarrasser de lui, mais Po s’obstine à ne pas renoncer. Alors que Taï Lung s’est évadé de prison, maître Oogway essaie de convaincre son vieil ami de former le guerrier dragon, de lui enseigner le kung-fu et de croire en lui. Maître Shifu décide alors de prendre Po sous son aile et de le former au kung-fu. Po progresse vite et arrive de manière rapide et efficace à maîtriser l’art martial. Il obtient finalement le Rouleau du Dragon. Lors de l’arrivée de Taï Lung à la Vallée, maître Shifu tente de gagner du temps en l’affrontant mais est battu par son ancien élève. Po intervient alors et affronte Taï Lung à son tour. Après un combat acharné, Po bat Taï Lung et rétablit la paix dans la Vallée. Même les « Cinq cyclones » s’inclinent avec respect devant lui. Après cet épisode marquant, il affrontera plusieurs ennemis, dont le prince Shen qui a tué sa mère, ou encore le redoutable général Kai. Devenu le guerrier incarnant l’énergie du dragon après avoir accompli sa maîtrise du Chi contre Kai et retrouvé sa famille, il devient maître du palais de Jade et se lance dans l’enseignement du Kung Fu.

Le Maître Shifu Swenge

Le Maître Shifu Swenge maître Shifu est l’élève de maître Oogway et le maître des Cinq cyclones et de Po. C’est également l’ancien maître de Tai Lung. Lorsque Tai Lung n’était qu’un bébé, Shifu l’a recueilli et l’a élevé comme son propre fils. S’apercevant que Tai Lung fut très doué pour le kung-fu dès son plus jeune âge, Shifu décide de l’entraîner et de croire en lui. Seulement, Tai Lung ne s’intéresse qu’à une chose : avoir le parchemin du dragon. Mais maître Oogway perçut la noirceur du coeur de ce dernier et refuse que Taï Lung devienne le guerrier dragon. Déçu et offensé, Tai Lung s’attaqua à la Vallée et à ses habitants. Il tenta de s’emparer du rouleau par la force ; Shifu allait devoir arrêter son ancien élève, mais il ne put s’y résoudre. Maître Oogway le stoppa et Tai Lung est amené à la prison où il y est enfermé pendant 20 ans. Depuis ce jour, Shifu n’a plus été le même : il est devenu plus froid, plus sévère. Il est malgré tout exigeant mais il reste hanté par ses erreurs commises par le passé.

Maître Tigresse (Tan Lee Sweng)

C’est une membre des Cinq cyclones et une élève de maître Shifu. Parmi les cinq, elle est la plus audacieuse et la plus forte du groupe physiquement. Avant de devenir un maître de kung fu, Tigresse était une orpheline crainte par tous les autres habitants à l’exception de maître Shifu. Le maître est donc venu la chercher pour lui enseigner le kung fu et, par la même occasion, l’a adopté et en a fait l’un des cinq Cyclones.

Son style de combat est agressif et rapide. Alors qu’elle pensait avoir été désignée pour devenir le guerrier dragon, Po atterrit dans l’arène par accident et est choisi à sa place par maître Oogway. Elle considère Po comme une honte pour le kung-fu mais après que celui-ci a été formé au kung-fu par maître Shifu et vaincu Taï Lung, elle le respecte beaucoup plus : elle finit même par reconnaître être son amie après sa victoire sur Kai.

N’oublions pas que la boxe du tigre existe réellement !.

Le Tigre (虎拳 en chinois Hu quan), dans les arts martiaux chinois (comme le jeu des 5 animaux), correspond à plusieurs figures censées imiter cet animal.

Le style externe du tigre contient des saisies, qui vulnérabilisent l’adversaire et qui sont combinées à ces coups de paumes imitant la patte du tigre. Ses attaques sont puissantes et stables, avec de nombreuses saisies démontrant une certaine agressivité. La majorité des coups du tigre visent à effectuer une forte attaque externe. Les mouvements sont courts, secs, vifs et très durs.

Ce style est l’un des cinq styles pratiqués dans le Kung-Fu Hung-gar. C’est également un des styles du Mansuria Kung Fu et du Wushu. Le style interne du tigre est utilisé pour stimuler le foie : il travaille sur la force (contracté/relâché) des tendons, et sur le regard.

Maître Singe (Wan Sking)

Singe est un membre des Cinq Cyclones et un élève de maître Shifu. Il est l’un des seuls à utiliser une arme pour se battre : le bambou. Son habilité martiale est étonnante. En combat, il peut utiliser à la fois ses mains et ses pieds. Son style de combat est acrobatique, rapide et imprévisible. C’est certainement le plus sympa du groupe.

Singe était autrefois un farceur dans la principale occupation était de laisser traîner au sol des peaux de bananes pour que les passants glissent dessus !

Un jour, maître Oogway était venu le voir dans son village pour en faire l’un des cinq

L’art martial externe du singe est probablement plus connu que sa version interne.Le singe est rusé, très souple, dynamique, imprévisible, instable, acrobatique et inattendue pour l’adversaire. Il peut changer d’attitude rapidement (passer de l’étonnement à la colère ou l’agressivité). Dans ce style, d’une part, les mains imitent les mains du singe (voir l’image ci-contre) et, d’autre part, le corps mime les grimaces du singe avec des positions souvent très basses, des roulades, des mimiques et des petits cris pour distraire ou impressionner son adversaire. Ses blocages sont près du corps, ses parades sont acrobatiques, ses techniques de jambes nombreuses requièrent beaucoup d’agilité.L’art martial interne du singe est utilisé dans le Jeu des 5 animaux, pour stimuler le cœur : Il travaille sur l’amplitude et la vitesse. Arme : Bâton long (en chinois gun) Couleur de vêtement (en chinois keikogi) : Jaune

 

Maître Grue (Nu Ding)

C’est un membre des Cinq Cyclones et un élève de maître Shifu. Combattant hors pair rapide et agile, il n’utilise jamais son bec. Ses ailes lui permettent de faire de grands mouvements circulaires et de renverser tous ses adversaires.

20 avant d’être élève de Shifu, Grue était le concierge de la meilleure école de Kung-fu.

Un jour, on vient lui dire que des élections d’élèves ont lieu très prochainement et Grue avait vraiment envie de faire partit des élèves mais seulement, il se trouvait trop maigre. Le volatile décide donc de débuter un entraînement intense à faire d’être prêt pour le tournoi.

Lors du jour J, seule, une seule épreuve était imposée aux participants : s’emparer d’un drapeau rouge en esquivant une série de pièges. Grue regardait ses rivaux se blesser grièvement par les pièges. Lorsque ce fut son tour, il parvint à éviter tous les pièges et à s’emparer du fameux drapeau rouge. Durant l’épreuve, Grue a découvert quelque chose : l’assurance

Grue blanche (art martial)

Le baihe quan (白鹤拳  « Boxe de la grue blanche ») est un art martial chinois traditionnel, dont les techniques sont inspirées par les mouvements de la grue de Mandchourie (et du héron).

Le baihe quan serait un style du Sud de la Chine (nanquan), originaire de la province du Fujian, créé au xviie siècle par Fang Qiniang. Selon certaines traditions, il proviendrait de la région de Yongchun, et serait à l’origine du Wing Chun, principalement répandu dans la province du Guangdong, et du Karaté, crée sur les proches îles du Royaume de Ryūkyū, pour se protéger des envahisseurs japonais. Le style de la grue est principalement considéré comme étant un art martial débutant, souvent utilisé chez les enfants.

Les mains frappent en imitant le bec de la grue. La colonne vertébrale déclenche le mouvement. Les techniques des pieds sont peu nombreuses.

La forme utilise diverses parties (coudes, doigts, jambes, paumes, poings) et des armes, dans des mouvements (coordonnés, flexibles, forts), d’auto-défense. L’attaque de l’adversaire est évitée, pour le brouiller et qu’il s’ouvre aux coups destructifs. La forme est de courte portée comprenant des vide-main, et évolue dans les combats.

Il y a 5 formes de boxes de la grue:

  • Vole/s’envole (en chinois Fei) : Défense.
  • Dans son nid (en chinois Zhu) : Position et déplacement, dans un lieu restreint.
  • Se nourrit/s’alimente (en chinois Shi) : Attaque.
  • Chante (en chinois Ming) : Interne/qi gong.
  • Synthèse (en chinois Zong) : Synthèse des 4 autres.

À noter que le style de la grue blanche s’apparente au style du coq pratiqué dans le Mansuria Kung Fu

Maître Vipère (Nalia Krung)

C’est une membre des Cinq Cyclones et une élève de maître Shifu. Vipère est un serpent venimeux, une guerrière redoutable capable d’étrangler tous ses adversaires. Son pouvoir ne réside pas seulement dans sa séduction, mais aussi dans sa force. Elle s’enroule autour de ses adversaires en se servant de leur énergie pour contre-attaquer avec une force redoutable.

Vipère aimait bien danser et sa passion l’a servit à combattre un gorille qui menaçait son village.

L’art martial du serpent (蛇拳) imite le serpent : Fluidité et rapidité. Les mains imitent la tête du serpent dressée et prête à mordre ; les bouts des doigts frappent directement les points vitaux.

Le style se base sur la défense suivie d’attaque rapide sur les points vitaux. Les poings sont formés de façon que la rate frappe dans l’extension du poing. La forme se subdivise en plusieurs styles distincts au nord et au sud, avec les particularités géographiques chinoises : Au Nord la forme est plus aérienne et acrobatique, qu’au Sud. Ses gestes (en chinois tao) sont ondulatoires. Des pratiques sont internes.

 

Maître Mante (Nek Nato)

Maître Mante est un des membres des Cinq Cyclones et un élève de maître Shifu. Il est le plus petit du groupe, mais cela ne l’empêche pas d’être fort et rapide en combat. Sa petite taille et sa rapidité le rend quasiment invincible et invisible au combat. Ses puissantes et bondissantes pattes arrières sont utilisées comme des armes. Il est également capable de soigner les gens par l’acupuncture.

Même quand Mante était jeune, il combattait déjà les bandits qui menaçaient sa région. En revanche, Mante avait un gros problème : il était affreusement impatient. Le monde allait bien trop lentement pour Mante, qui, allait bien trop vite pour le monde !

Un jour, il était partit affronter un gang de crocodiles et s’était malencontreusement fait enlever par ces derniers. Ses agresseurs l’avaient piégés et, sans aucun remord, l’avaient aussi enfermé dans une petite cage et refusaient de le laisser sortir. Mante avait alors fait tout son possible pour s’évader mais en vain. Il avait donc décidé de patienter et pour la première fois, le monde allait plus vite que lui. Obligé d’attendre, Mante avait adopté la patience. D’ailleurs, lorsque les crocodiles sont revenus le voir pour lui donner à manger, l’insecte avait fait semblant d’être mort. L’un des bandits avait ouvert la cage et Mante en a profiter pour en sortir et battre les crocos.

Le tang lang quan ou tanglang quan (螳螂拳) ou « boxe de la mante religieuse » désigne l’ensemble des styles d’imitation animalière de la mante religieuse dans les arts martiaux chinois. Selon les légendes, le créateur de ce style traditionnel serait Wang Lang (王朗), durant la dynastie Song (xe – xiiie siècle) ou bien à la fin de la dynastie Ming (xive – xviie siècle), dans la province de Shandong. ( NB : vous pouvez retrouvez sur le blog de l’école un article plus approfondi  https://ecoleduliondor.fr/tang-lang-quan-boxe-de-la-mante-religieuse-%E8%9E%B3%E8%9E%82%E6%8B%B3/)

Taï Lung

Tai Lung est le méchant principal du film Kung Fu Panda.

Shifu l’avait recueillit alors qu’il n’était qu’un bébé que Shifu avait jadis trouvé devant la porte du palais de Jade. Le maître fit son éducation. Lorsque l’enfant a démontré des talents pour le Kung Fu, Shifu a décidé de l’entraîner. De plus, il croyait en lui et l’aimait comme il n’avait jamais aimé quinconce auparavant. Seulement, Tai Lung voulait s’emparer du rouleau du dragon et Oogway avait refusé. Hors de lui, Tai Lung a semé la terreur dans la vallée et a même tenté de s’emparer du rouleau de force, manquant de tuer Shifu. Au moment d’atteindre son but, il est assommé par Oogway, sous les yeux horrifiés de Shifu.

Le léopard des neiges a ensuite été incarcéré dans la prison la plus sécurisé de Chine de Chor-Gom où il croupit vingt ans.

Il n’existe pas de « boxe la panthère des neiges » en chine mais une boxe similaire appelée  » Boxe de la panthère  »

Maître Oogway Kung-Fu

Maître Oogway une tortue aussi vieille que lente. Malgré sa lenteur et sa vieillesse, il est un très grand maître du Kung-Fu, qu’il a créé près du bassin des larmes sacrées.

Au temps où Maître Oogway était un jeune guerrier ambitieux qui était à la tête d’une grande armée, Kai était son ami le plus proche. Un jour, les deux amis avaient étés victimes d’une embuscade et Oogway avait été grièvement blessé par l’ennemi et Kai l’avait porté pendant très longtemps et ils étaient à la recherche de quelqu’un pour soigner Oogway. Ils étaient finalement arrivés dans un village secret dissimulé dans des montagnes et peuplé de pandas. Pour soigner le maître, les habitants avaient recours au chi et ont miraculeusement étés capables de soigner le grand Oogway de ses blessures. Les pandas avaient ensuite appris à Oogway a donner du chi. Seulement, Kai voulait le chi pour lui seul et Oogway avait malencontreusement été contraint de mettre fin à ses ambitions en le stoppant. C’était le début d’un long affrontement entre les deux anciens amis. Oogway en était finalement ressortit vainqueur en expédiant Kai vers le royaume des esprits.

Plus tard, Oogway est devenu le maître de Shifu ainsi que celui qui a vaincu Tai Lung alors qu’il était sur le point de s’emparer du rouleau du dragon. Il se bat avec une sorte de grand baton. Oogway est souvent étonné de la rapidité de Shifu (lorsqu’il éteint les bougies par exemple) et Shifu est plutôt surpris par les paroles très imagées de son maître. Plus tard, Oogway a vaincu Singe non pas sans faire usage du kung-fu et l’a recruté dans l’équipe des Cinq Cyclones.

Là encore pas de style de « boxe de la tortue  » mais un exercice Taoïste qui permet de prolonger la vie.La Tortue est l’allégorie du monde: une fois sur le dos (pas confortable pour la Tortue!), son ventre forme un carré, la Terre, le Monde, le carré du centre représente la Chine. La carapace qui dépasse autour est ronde, c’est le Ciel. Depuis longtemps avoir une tortue sous son toit protège la famille et le foyer.La tortue est aussi considérée en Chine comme un symbole de longévité.

M. San Ping

I

San Ping est le père adoptif de Po. C’est surtout le propriétaire d’un restaurant de nouilles où il a embauché le panda en temps que serveur bien que ce dernier l’aide parfois à préparer des plats

Ping réveille son fils Po qui dort alors qu’il est censé se présenter au travail. Po lui dit qu’il a fait un rêve. Lorsque son père lui demande de quoi il a rêvé, il ment en répondant qu’il rêvait de nouille alors qu’en réalité, il rêvait de Kung-Fu. Ping pense que son fils est prêt pour lui succéder.

Peu après, Po part pour le palais de Jade mais son père insiste pour qu’il emmène avec lui un chariot de nouilles.

M. Ping est aussi présent lorsque son fils est, par accident, élu Guerrier Dragon par le maître Oogway.

Le lendemain soir, Po a récupéré le manuscrit de dragon et rend visite à son père dans leur restaurant. Son père est très ravi de revoir son fils.

M. Ping revoit son fils lorsque ce dernier a vaincu Tai Lung.

De même pas de « Boxe imitative de l’oie  » mais il existe belle est bien une  » boxe du canard « !.

Prince Shen de Gongmen

Seigneur Shen (ou Lord Shen) est l’antagoniste central dans l’intrigue de Kung Fu Panda 2.

Dans la Chine ancienne, les paons régnaient sur la ville de Gongmen car c’est là où ils avaient inventés les feux d’artifices. Shen, l’héritier du trône de la ville, était le seul de sa noble famille à sympathiser avec la garde du palais : les loups (dont Chef Loup) . Shen les nourrissait et jouait av

ec eux : il les traitait comme des membres de sa famille.

Shen avait aussi perçu les secrets du pouvoir obscur des feux d’artifice: la poudre. Inquiets, ses parents consultèrent une divinatrice qui leur prédit que si Shen continuait sur cette sombre voie, il serait un jour vaincu par un guerrier fait de noir et de blanc.

Shen, qui avait entendu la conversation, décida de changer son destin. Il comprit que ce guerrier noir et blanc ne pouvait être qu’un panda. Il se rendit alors coupable du massacre de tous les pandas de Chine. Il ignorait cependant que, grâce au courage d’une mère et d’un père, un petit avait survécu: Po.

Il existe encore trois épisodes de cette série et aussi plusieurs petits court métrages.

 

 

 

 

Posts récents

école du lion d’or

L’école du lion d’or, association Pai Liang Qiao, fut fondée en 2014 par Philippe Reus, élève du maître Hu Dong Liang, dernier descendant de l’école du Lotus Blanc.

Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de l'école du lion d'or !